Point (de vue) sur la crise ivorienne

Jeune franco-ivoirienne et non partisane, j'enquête afin de mieux comprendre l'actuel conflit en Côte d'Ivoire. C'est donc une vision objective du conflit que je vous propose là.

21 décembre 2010

La CEI, une proclamation à base de vices ?

Vice de forme

Je ne reviendrai pas sur le lieu depuis lequel ont été annoncés les résultats par le Président de la CEI, Youssouf Bakayoko. Je m'attarderai plutôt sur un élément particulier du vice de forme, celui des parties présentes au moment de l'annonce des résultats finaux. Comme cela s'est passé pour le 1er tour, la procédure est la suivante:

  • Les résultats des régions sont annoncés par le porte-parole de la CEI, Bamba Yacouba. Le formalisme est moindre.
  • Les résultats finaux provisoires sont annoncés par le Président de la CEI, entouré de ses Vice-Présidents et des Commissaires.

Retour sur l'annonce des résultats du 1er tour par Youssouf Bakayoko (Source: TV5). Dès 00:11, on voit bien que le Président est entouré de son équipe, membres de la CEI.

Analysons maintenant l'annonce des résultats du 2nd tour par Youssouf Bakayoko (Source: Télévision Suisse Romande)

Youssouf Bakayoko annonce les résultats finaux provisoires de l'élection seul. La seule personne que l'on voit autour de lui sur cette vidéo est un militaire (ex-rebelle?). Plus tard on saura qu'aucun autre membre de la CEI n'y a participé d'ailleurs, or la CEI fonctionne sur un mode de consensus entre les différentes parties.

Après cette première analyse, permettez-moi de remettre en cause la crédibilité de la CEI.

La véracité des chiffres présentés

Tout d'abord je vous invite à consulter les résultats publiés par la CEI, en particulier ceux portant sur le nombre d'inscrits:

  • 1er Tour: 5 784 490
  • 2ème Tour: 5 780 804

Ce chiffre étant en baisse, on se demande bien ce qui est arrivé aux 3 686 électeurs en moins... Il me parait évident que quelque soit l'élection, le nombre d'inscrits est un paramètre contrairement au nombre de votants qui lui est bien évidemment une variable, fonction du nombre de suffrages exprimés et de bulletins nuls. C'est d'ailleurs ce chiffre qui permet d'apprécier le taux de participation. Au deuxième tour en particulier, on peut s'interroger sur le fait qu'il y ait plus d'inscrits (5 780 804) que de population électorale enregistrée (5 725 720). Pourquoi avoir fait tout ce cirque autour de la liste électorale si au final on fait voter plus de personnes que d'inscrits sur les listes électorales ?
En quelque sorte on peut déjà dire que tout le monde était déjà complice dès le 1er tour puisque d'après la liste électorale définitive validée par l'ONU, le nombre d'inscrits pour cette élection était de 5 725 720 électeurs, conformément au Décret N° 2010-238 du 09 septembre 2010. Ce sont peut-être ces fraudes que voulaient dénoncer le camp PDCI.

En ce qui concerne le taux de participation pour ce 2ème tour, il avait été estimé par tous à environ 70%, au lendemain du scrutin du 28 Novembre 2010:

  • L'un des Vice-Présidents de la CEI, Amadou Soumahoro: "Nous avoisinons les 70%, sinon au-delà", a-t-il déclaré sur la télévision publique. Pari ailleurs, il a rajouté que "Nous sommes surpris que le taux soit aussi élevé, contrairement à ce que nous pensions hier (dimanche). Nous craignions que nous n'atteignions même pas les 60% de taux de participation" (Source: AFP via Abidjan.net)
  • La Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI) indiquait également dans son rapport d'observation, un taux avoisinant les 70%.
  • La chaîne d'information France24 justifie ce faible taux de 70% par le fait que d'après plusieurs de leurs "Observateurs, certains électeurs ne sont pas sortis voter de peur d'être pris à partie par des hommes du camp Gbagbo ou par ceux de son challenger, Alassane Ouattara." (Source: France24)

A l'analyse des résultats publiés par la CEI, nous constatons un taux de participation avoisinant celui du 1er tour. La surprise est grande, que s'est-il passé ? Comment sons apparus les 635 000 électeurs supplémentaires (soit 11% du nombre total d'électeurs) ? Une analyse détaillée a été fournie par le site à scandale kernews.

Le Conseil Constitutionnel quant à lui publiera des chiffres indiquant un taux de participation de 71,3%, beaucoup plus proche de ce qui avait donc été annoncé.

Conclusions préliminaires sur le rôle de l'ONU

Le fait que ni l'ONU ni la France ni les Etats-Unis n'aient été en mesure de relever ces incohérences m'inquiètent et me font persister dans le questionnement de l'impartialité de la Communauté Internationale en général, partagé par beaucoup d'ivoiriens et d'internautes. Pour moi, ce type d'analyse aurait dû servir de base à l'ONU pour proposer une reprise du scrutin. Il est clair qu'une fois ces preuves apportées, les résultats annoncés par la CEI ne sont plus nécessairement fidèles à l'expression de la voix du peuple. Mais au fond, on a quand même l'impression que l'ONU en a tenu compte.

En effet le 8 décembre 2010, M. Choi décide enfin de s'expliquer sur les résultats donnant Alassane Ouattara Président. Mais avant tout développement, il précise: "J’ai conduit ma certification sans tenir compte des méthodes initiées et des résultats proclamés par la CEI et le Conseil constitutionnel." (Source: Jeune Afrique). Alassane Ouattara est donc reconnu Président d'après l'ONU. A l'heure où je rédige cet article, rares sont les articles/blogs donnant Alassane Ouattara vainqueur sur base des chiffres de la CEI (sinon merci de me les faire parvenir). Est-ce que finalement les chiffres donnés par la CEI seraient à remettre en cause ? Que fait-on alors de la souveraineté de la Côte d'Ivoire ? L'ONU a certes un rôle de certification mais pas de proclamation des résultats, d'après ma compréhension du problème. L'ONU était chargée de valider le processus permettant d'obtenir des résultats fidèles à la volonté du peuple ivoirien mais pas en cas de litige de proclamer le nom du nouveau président de la Côte d'Ivoire. En réalité, la Côte d'Ivoire fait face à un vide juridique. Certains répondront que dans ce cas, l'ONU peut être le juge. Mais dans mon prochain article, je vous donnerai les raisons pour lesquelles je pense que l'ONU et toute la Communauté Internationale n'a pas été si impartiale qu'on voudrait nous le faire croire.

--MD

Posté par MensDia à 19:26 - Réflexion - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire