Point (de vue) sur la crise ivorienne

Jeune franco-ivoirienne et non partisane, j'enquête afin de mieux comprendre l'actuel conflit en Côte d'Ivoire. C'est donc une vision objective du conflit que je vous propose là.

14 janvier 2011

Douter de la Communauté Internationale n'est pas une hérésie

Depuis le début de la crise électorale, la Communauté Internationale ou plutôt quasi Communauté Internationale a condamné unanimement le Président sortant Laurent Gbagbo, en lui demandant de céder son siège au Président démocratiquement élu. Pour cela diverses sanctions ont été appliquées, parmi lesquelles suspension de visas, et gel des avoirs à l'étranger. Ensuite la CEDEAO et l'Union Africaine se sont ralliés en brandissant la menace d'une intervention militaire.

Non, douter de la Communauté Internationale n'est pas une hérésie.

Tout d'abord prenons le cas des états de la CEDEAO. L'une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes ont eu à s'offusquer de leur décision de vouloir rétablir la démocratie en Côte d'Ivoire est que parmi ces états figurent le Burkina Faso, dont l'actuel Président, Blaise Compaoré, est arrivé au pouvoir par coup d'état en 1987.

Poursuivons avec le cas de la France, à qui il est souvent reproché de fermer les yeux sur certaines élections non démocratiques voire de soutenir les états qui en sont issus. On pense généralement au Gabon, au Togo des Gnassigbé, un article du Canard Enchaîné complète la liste. Et récemment un de mes amis tunisiens m'interpellait sur le jeu de la France en Tunisie, qui selon lui est au courant de la dictature qui y règne mais ne dit rien et n'impose aucune sanction non plus. Les récentes révoltes vont peut-être changer la donne. Mais bon, c'est sûrement que le cas ivoirien doit faire jurisprudence et il faut un début à tout...

Last but not least, les Etats-Unis lors de la guerre en Irak de 2003. Collin Powell, alors Secrétaire d'Etat américain, présentait avec asurance devant le Conseil de Sécurité de l'ONU et donc devant le monde entier, les preuves de l'existence de la bombe atomique en Irak. Quelques mois après l'offensive, Collin Powell lui-même reconnaissait qu'en fait il n'y avait pas d'armes de destruction massive en Irak. Une guerre sur des fondements erronés ? Aujourd'hui ce n'est plus un secret que le pétrole et donc des intérêts économiques étaient à la base de cette intervention armée. Alan Greespan, ancien président de la Réserve Fédérale américaine (Fed) - équivalent de la Banque Centrale Européenne - l'a même reconnu.

Pour certains, il n'est pas permis de remettre en cause la parole des puissances mondiales et encore moins celle de l'ONU, qui est leur principale tribune d'expression au niveau mondial. Mais face à ces expériences passées, je suis au regret de leur répondre que le doute est permis ! Après tout, la confiance n'exclut pas le contrôle. C'est pourquoi, avant toute décision et forme d'intervention armée, il est nécessaire pour la Communauté Internationale de bien analyser les faits (rapports de tous les observateurs et du Conseil Constitutionnel - ce-dernier n'a par exemple pas été lu par le gouvernement américain).

--MD

Posté par MensDia à 08:35 - Réflexion - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    la communauté internationale et la crise ivoirienne

    Vous avez raison de douter de la sincérité des prises de position de la Communauté internationale, surtout celle de l'Afrique.
    Comme je l'ai écrit,à plusieurs reprises, la plupart des dirigeants des pays africains sont aussi corrompus que Gbagbo ou aussi méprisants à l'égard du peuple africain qu'ils exploitent et massacrent à tout vent.
    Dans ces conditions, comment peut-on exiger de quelq'un de faire quelque chose que l'on refuserait de faire soit-même ?

    L'Afrique, à l'instar de la Côte d'Ivoire et, aujourd'hui, de la Tunisie est dans un grand pétrin.
    Il appatient aux peuples africains de se révolter et de déloger et de chasser ces présidents pilleurs de l'Afrique, donc des africains.
    Kodjosiama.

    Posté par Danyivi, 14 janvier 2011 à 21:14
  • Bonsoir Danyivi,

    Je vous remercie pour votre commentaire. Il est vrai que face aux ressources dont regorgent nos sous-sol, on se demande encore pourquoi nos pays sont si pauvres, hélas. C'est dans les urnes que la mauvaise gestion de nos gouvernants doit être sanctionnée.

    Dans le cas de la Cote d'Ivoire, je suis un peu moins renseignée sur les bilans respectifs de MM. Gbagbo et Ouattara (lorsqu'il était Premier Ministre). Je conçois que l'on puisse être déçu sans cesse. Mais pour autant, aucune cause ne mérite la mort de civils sous l'impulsion de forces extra-nationales. Si la force doit être employée pour déloger Laurent Gbagbo, j'estime qu'elle doit émerger du peuple comme nous l'ont démontré les tunisiens et non de la Communauté Internationale.

    Dans tous les cas, le rôle de ladite Communauté Internationale dans ce conflit m'a surprise.

    N'hésitez à visiter mon blog régulièrement !

    Posté par MensDia, 14 janvier 2011 à 22:21
  • Merci pour vos réflexions concernant la situation voire les situations africaines.
    Je suis toujours heureux de pouvoir échanger des idées avec mes compatriotes sur la gestion de l'Afrique.
    depuis juillet 2010, j'ai ouvert un Bolg : kodjosiama, sur lequel je traite de tous les sujets.
    Je vous invite, amicalement, aussi, si vous avez le temps, de visiter mes messages et d'émettre des commentaires. Nous ne sommes pas obligés d'être d'accord sur tous les points mais, cela permet de se comprendre et de faire évoluer nos idées qui pourraient être considérées comme préconçues.
    Bien amicalement
    Danyivi.

    Posté par Danyivi, 14 janvier 2011 à 22:50
  • J'ai oublié de vous dire que je suis orignaire du Togo.

    Posté par Danyivi, 14 janvier 2011 à 22:53
  • Je suis un peu prise ces derniers jours mais je n'hésiterai pas à consulter votre blog dès que possible!

    Merci encore pour vos encouragements. Les interventions comme les vôtres nourrissent mon but premier en ouvrant ce blog (le 21 décembre), i.e. débattre sur le cas ivoirien et plus largement sur nos pays africains.

    A bientôt kodjosiama !

    Posté par MensDia, 17 janvier 2011 à 22:07
  • Comprendre la position partisane de la communauté internationale face à la Côte D'Ivoire, entrevoir des solutions.

    Cela ne fait aucun doute, la communauté internationale est d'abord et avant tout au service de l'accumulation capitaliste et la protection de sa bourgeoisie nationale. L'acharnement contre Laurent Gbagbo en CI, mais également contre Aristide en Haïti ou Chavez au Venezuela en sont des preuves accablantes!

    Je ne suis pas nécessairement en faveur de Gbagbo, surtout depuis qu'il a offert son support à Ben Ali, dictateur de la Tunisie. Vous dites que la France était au "courant de la dictature qui y règne [en Tunisie] mais ne dit rien et n'impose aucune sanction non plus". Elle était au courant certain! Ce sont les socialistes français qui ont appuyés Ben Ali et qui lui ont permis d'acquérir la crédibilité qu'il avait atteint avant la révolte récente. Les Français ont été les premiers à dire que Ben Ali "n'était pas un dictateur"!!!

    Si on reviens à la Côte D'Ivoire, vous dites que Laurent Gbagbo devrait "céder son siège au Président démocratiquement élu", mais c'est qui le président élu? Ils ont tous deux eu un score à peu près égal (tous deux peuvent avoir eu entre 45% et 55% de l'électorat) selon les données qu'on utilise. Sans compter les fraudes gigantesques d'un bord comme de l'autre. Non, c'est impossible de déclarer un vainqueur à cette élection, et un recomptage ou une seconde élection ne règlera pas le problème.

    Danyivi affirme que l'Afrique est dans "un grand pétrin", moi je pense qu'elle est à la veille de sa réelle libération, d'une révolution généralisée! Nous avons toutes les raisons du monde de penser que la révolte en Tunisie se propagera bientôt à l'ensemble des pays de l'Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, CI, Égypte, Jordanie, etc.). Les Somaliens, les Rwandais les Congolais, les Angolais, tous vous suivront indéniablement. Toutes les populations d'Afrique y on à gagner!

    MensDia réplique que c'est "dans les urnes que la mauvaise gestion de nos gouvernants doit être sanctionnée", pourtant, vous avez vu ce qu'est arrivé en CI? au Rwanda? etc. Faut pas espérer un miracle des élections! Il faut un soulèvement populaire massif comme en Tunisie! L'Afrique doit se libérer des dictas du capitalisme mondial, que nous avons hérités du 16e siècle et de la conquête de l'Afrique. Une Afrique pauvre est essentielle pour maintenir l'hégémonie de l'occident, encore plus dans le contexte de compétition avec la Chine!

    Je participe aujourd'hui à une table ronde (au Centre Afrika de Montréal) concernant la situation en Côte D'Ivoire et en Afrique en général. Voici le texte que je présenterai concernant la position arbitraire de la communauté internationale, ainsi qu'une réflexion sur de possibles solutions :

    Comprendre la position partisane de la communauté internationale face à la Côte D'Ivoire et entrevoir de possibles solutions pour l'Afrique.
    http://unionrevolte.blogspot.com/2011/01/comprendre-la-position-impartiale-de-la.html

    Merci de votre militantisme et de votre rigueur intellectuelle. Solidairement révolutionnaire.

    Posté par André Franc-Shi, 22 janvier 2011 à 11:49
  • Les crises africaines et la communauté internationale

    Attitude de la communauté internationale face aux crises qui secouent l'Afrique.

    Je suis d'accord avec vous pour penser que seule la révolte de masse des populations africaines peut libérer les africains et leur donner la place qu'ils méritent et surtout pour jouir, par une bonne gestion, des nombreuses ressources dont regorge le continent africain.

    Il est temps que les africains se prennent en charge et chasser de leur esprit les dogmes selon lesquels tout ce qui se passe sur ce continent est hérité de la colonisation capitaliste.

    Il faut se rappeler que pendant la colonisation, il n'y avait pas de guerre entre les les africains et pourtant, dès la décolonisation ce continent a subi et subit encore des génocides inhumains. On ne peut pas dire que l'Afrique a hérité des guerres du fait de la colonisation.

    Alors, aujourd'hui, il est temps que le peuple africain fasse sa révolution, comme en Tunisie, pour reconquerir l'Afrique en chassant ceux qui les oppriment.

    Danyivi

    Posté par Danyivi, 24 janvier 2011 à 21:38
  • Se révolter en commençant par l'écriture est un grand pas !

    Bonjour André,

    Merci pour votre intervention détaillée.

    Mes amis tunisiens m'ont longuement parlé du cas Ben Ali avec la France, et le jugement est le même que le vôtre.

    Si j'ai écrit que Laurent Gbagbo doit céder son siège, c'est sûrement une citation ou bien de l'ironie ca je suis convaincue que les résultats de cette élection n'étaient pas forcément évident. C'est pourquoi je m'oppose à une intervention armée qui n'aurait que des conséquences néfastes (une guerre civile), surtout que les éléments de preuve qui la motiverait ne sont pas suffisants. Aujourd'hui, l'ancien président ghanéen demande la mise en place d'un comité d'évaluation. Je crois donc fermement, qu'il n y a pas de vainqueur identifié, à l'heure actuelle. Par ailleurs, le camp Ouattara n'a pas déposé de requête pour dénoncer les fraudes...

    Le problème du soulèvement populaire en Côte d'Ivoire est qu'il devrait viser à mettre quelqu'un au pouvoir et là...je ne vois personne ! A mon avis, c'est surtout la classe politique/dirigeante qui doit être renouvelée !

    A mon tour de vous remercier pour votre implication dans les problèmes du continent africain, depuis le Canada !

    Posté par MensDia, 24 janvier 2011 à 21:47

Poster un commentaire