Point (de vue) sur la crise ivorienne

Jeune franco-ivoirienne et non partisane, j'enquête afin de mieux comprendre l'actuel conflit en Côte d'Ivoire. C'est donc une vision objective du conflit que je vous propose là.

14 mars 2011

Message d'un habitant d'Abobo à une connaissance

Bonjour XXXX

j'espère que vous vous porter bien vous et votre famille.
Chez moi et ma petite famille tout va bien par la grâce de DIEU. Seulement nous habitions à Abobo lorsque la guerre à commencé à Abobo. Nous sommes sorti difficilement parmi ces coups de feu. Vraiment XXXX  prions pour ne pas que la guerre s'étende sur toute la Côte d'ivoire. Ce que nous avons vu à Abobo est très grave. Des rébelles habillés en civil avec des machettes, des lances roquettes et des calachnikov. Et pire ces gars voulaient nous empêcher de sortir disant que si nous sortons les FDS vont engager les combats en sommes il voulaient nous prendre pour leur bouclier. En tout cas ces rebelles ne sont pas gentils. C'est des égorgeurs des tueurs. J'ai donc décidé de ne plus aller à Abobo. J'ai tout laissé là bas. J'attend une occasion pour aller chercher mes affaires. Je pense bien que vous vous portez bien XXXX. Que DIEU VOUS bénisse et qu'il étende sa grâce sur vous et votre famille.

Je souhaite bien de chose à XXXX.

                             Votre XXXX

Posté par MensDia à 22:56 - Réflexion - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Une violence sans précédent

    Comment expliquer l'extrême violence qui sévit dans Abidjan actuellement?

    À mon avis, s’il y a autant de barbarie aujourd’hui dans Abidjan, c’est tout simplement parce qu’il y a une forte présence de rebelle armée. Jamais, au paravent, Abidjan n’avait fait l’objet d’autant de sauvagerie. Et moi-même je ne reconnais pas Abidjan aujourd’hui. Les seules villes qui avaient connu de pareilles violences sont certaines villes du Nord en 2002, dont Bouaké, ou tout le monde a pu se rendre compte des actes de barbarie et d’animosité auxquels se livraient les rebelles : viole, pillage de maison, tuerie et la liste est longue.

    Aussi, les mêmes rebelles que l’on a essayé, tant bien que mal, de repousser hors d’Abidjan, sont aujourd’hui présents dans la capitale. Et logiquement, quand des populations civiles se sentent agressées, elles ripostent.

    C’est ce qui, je pense, a entrainé ce cercle vicieux de violence dans lequel est plongé Abidjan. Pour désamorcer cette situation, il serait souhaitable que Ouattara, Soro et Gbagbo fassent un discours officiel pour demander le calme dans le pays.

    Posté par CenTineL, 24 mars 2011 à 07:07
  • Bonjour Centinel,

    J'apprécie toujours autant de te lire et merci de visiter régulièrement ce blog !

    Il me semble que l'un des problèmes fondamentaux est que dans le camp Ouattara comme Gbagbo, les civils sont armés. Comment ça se fait ? Voilà le problème...

    La tension est maximale à Abidjan et il faut surtout que ADO et Gbagbo trouvent un consensus sur la résolution de cette crise. Si les principaux protagonistes, à l'origine de cette crise, se mettent d'accord, je pense alors qu'il n'y a plus de raison pour que leurs soutiens respectifs persistent sur le chemin de la violence...

    Let's wait and see !

    A bientot,

    Posté par MensDia, 26 mars 2011 à 05:58
  • Le Brésil condamne la violence dans les 2 camps

    Centinel,

    Je te recommande cet article sur la position du Brésil face aux violences. Le propos est clair !
    http://directscoop.net/2011/03/26/cote-ivoire-violence-exercee-deux-cotes-bresil/

    Bonne lecture !

    Posté par MensDia, 26 mars 2011 à 18:14
  • vote non ici
    http://www.youtube.com/watch?v=GHRA4jqeCaQ&feature=player_embedded

    Posté par lui, 27 mars 2011 à 07:59
  • Obama...

    Malheureusement j'ai écouté ce discours de Obama si sûr de lui...

    A VOTE NON !

    Merci d'avoir visité criseivoiro2010

    Posté par MensDia, 27 mars 2011 à 18:05

Poster un commentaire